Passer au contenu principal
Blog

Le Reporting RSE évolue - voici comment maintenir l’intégrité des données !

RSE Rep
5 min de lecture
AUTEUR :

Nicolas Letavernier

Area Sales Director
Publié: 8 novembre 2021
Date de la dernière mise à jour : 10 novembre 2021

Pour la troisième année consécutive, Workiva aura le plaisir d’être partenaire de Future of Finance avec au cœur du débat les changements à venir en matière de reporting RSE. Il ne s’agit plus de changements “lointains” mais bien d’un futur très proche—En effet, la Commission Européenne travaille activement à ce que la RSE s’intègre au processus de reporting annuel par l’intermédiaire de la CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive), faisant de la durabilité une préoccupation majeure pour le CFO. Il est nécessaire pour les entreprises de réagir dès maintenant. Si vous vous préparez, et si vous vous y prenez méthodiquement, vous serez en mesure de gagner la confiance des investisseurs, d'avoir confiance dans les données que vous présentez dans vos rapports, et d'établir des liens solides entre les différentes équipes impliquées dans le processus de reporting RSE.

L'un des principaux sujets de préoccupation pour les entreprises sera le maintien de l'intégrité des données. Toutes les données doivent être cohérentes. Et elles doivent être communiquées en temps voulu. Ce qui peut être plus facile à dire qu'à faire, compte tenu de la quantité d'informations financières et non financières qui doivent être incluses dans le rapport. 

Pourtant, l'intégrité des données doit rester la priorité. Une étude d'EY a révélé que 98 % des investisseurs évaluent les performances non financières sur la base des informations fournies par les entreprises. Des études établissant également un lien entre les performances ESG et les rapports, d'une part, et la satisfaction des employés et les décisions d'achat des consommateurs, d'autre part, il est clair que le reporting RSE est désormais un processus à très fort enjeu.

Pour parvenir à l'intégrité des données, les organisations doivent tenir compte de trois facteurs clés : travailler avec des processus intégrés, la collaboration et l'automatisation. Ensemble, ces facteurs permettront de relever les challenges liés au contrôle des versions, à la cohérence et à la transparence des données. Il est important de noter qu'une fois les workflows établis, ils fonctionneront de manière transparente et amélioreront considérablement le processus d'élaboration du rapport annuel. 

La nécessité d’un processus intégré

Jusqu’alors, le Reporting RSE était manuel pour la grande majorité des entreprises, pouvant donc être source d’erreur. L’un des plus grands challenges étant de garantir la cohérence. Sans cela, la confiance des investisseurs dans la véracité des rapports ne pourra pas exister. Au-delà de la confiance dans les rapports produits, toute inexactitude peut également entraîner des risques importants d'amendes réglementaires en raison de diffusion d’informations régulées incorrectes.

L'intégration du processus va créer cette cohérence nécessaire à l’instauration de confiance. Lorsque la majorité du travail s'effectue dans un environnement centralisé où se trouvent aussi la donnée, la collaboration des équipes sera beaucoup plus fluide, tout comme le suivi des changements apportés.

Collaboration en temps réel

La collaboration en temps réel créée cette source unique de vérité tant recherchée pour toute la donnée. Elle offre transparence et responsabilité, élimine les erreurs liées à une mauvaise communication et la confusion, et supprime les silos. Elle permet aussi à chaque personne impliquée dans la création d'un rapport RSE de bien comprendre son rôle. C'est essentiel si l'on considère l'augmentation constante du nombre d'équipes impliquées dans l'entreprise, qu'il s'agisse de personnes habituées à la production de rapports financiers ou de personnes s'impliquant pour la première fois dans le processus de reporting annuel.

Que les contributeurs au rapport soient responsables des données financières ou non-financières structurées, ils doivent savoir ce qu'ils doivent fournir, à quel moment et dans quel format, et avoir accès à une plateforme rassemblant les équipes, processus et workflows. Sans cette approche intégrée et la possibilité de collaborer en temps réel, l'intégrité du rapport final pourra être compromise du fait des risques introduits par les problématiques de contrôle et de version. 

Automatisation 

L'automatisation va venir éliminer les risques liés à des processus trop manuels pour des tâches complexes. Les processus à haut risque, comme le partage de feuilles de calcul par email, sont automatiquement synchronisés. Cela permet non seulement de réduire les erreurs mais aussi l'impact qu'elles peuvent avoir sur l'entreprise, tout en libérant du temps pour ceux qui créent le rapport.

En automatisant, le temps qui serait habituellement consacré à la vérification (et à la modification) des erreurs dans le rapport annuel peut être directement investi dans le business. Les personnes peuvent consacrer plus de temps à l'analyse des résultats, plutôt qu'à l’agrégation et la gestion des données en premier lieu.

Automatiser va aussi permettre d'accélérer la production de nouveaux rapports dynamiques. Il n'est pas rare que les parties prenantes demandent des rapports et des informations de manière ad hoc. Certaines entreprises reçoivent jusqu’à une cinquantaine de ces demandes au cours de l'année. Bien qu’incontournable aujourd’hui grâce à de nombreux avantages apportés, l'automatisation nécessite tout de même une certaine adaptabilité. Si les connexions et référentiels qui visent à réduire les erreurs ne sont pas correctement contrôlés, l'automatisation peut finir par créer des risques supplémentaires, il faut donc être vigilant !

Réfléchissez au changement, dès maintenant !

Chaque aspect du processus de reporting peut affecter la valeur, la perception et la confiance envers l’entreprise, il est donc crucial que ce reporting soit fiable et précis. Pourtant, plus les équipes sont nombreuses à participer au processus de production du rapport annuel, plus le risque est grand. Les entreprises doivent privilégier l'intégrité de la donnée lors de la création d'un rapport RSE, en s'appuyant sur un processus intégré, collaboratif et automatisé.

Pour en découvrir plus sur les changements à venir en matière de reporting RSE, rejoignez-nous lors de Future of Finance, les 18 et 19 Novembre prochains.


 
À propos de l’auteur
Nicolas Letavernier
Nicolas Letavernier

Area Sales Director

Nicolas possède plusieurs années d'expérience dans le domaine de l'EPM et a accompagné de nombreux projets références auprès de Directions Financières. Depuis plusieurs années maintenant, Nicolas et son équipe s'assure du développement de Workiva sur le marché français.

L’inscription en ligne n’est pas disponible pour le moment.

Veuillez envoyer un e-mail à events@workiva pour vous inscrire à cet événement.

Nos formulaires sont temporairement indisponibles.

Veuillez nous contacter à l’adresse suivante : info@workiva.com

Nos formulaires sont temporairement indisponibles.

Veuillez nous contacter à l’adresse suivante : info@workiva.com